La chimie du savon

ltkMbPV3Tn23yKm7su%Iiw_thumb_ac9Le terme de saponification encore appelée « hydrolyse des esters », désigne une réaction chimique qui permet la fabrication du savon. Elle consiste à hydrolyser, sous l’effet d’une base forte ou alcali, un ester en un ion carboxylate et un alcool. Autrement dit, les molécules d’huiles ou triglycérides, et les molécules d’hydroxyde de sodium se défont en ions. Ces ions changent de partenaire pour former de nouvelles molécules, soit des molécules de savon et la glycérine ou glycérol.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_ac3

En principe, tous les corps gras, huiles ou graisses, peuvent être employés dans la fabrication du savon. Hormis l’huile de palme (qui même si elle est bio est une véritable catastrophe sur le plan éthique et écologique), je n’utilise que des graisses végétales plus douces pour la peau mais c’est un choix personnel. A noter que chaque huile et beurre possèdent leurs caractéristiques propres et que les molécules de savon obtenues sont différentes selon le corps gras dont elles sont issues mais nous y reviendrons…

Pour produire un savon dur, l’alcali utilisé est l’hydroxyde de sodium (NaOH) appelé aussi soude caustique alors que pour produire du savon liquide, on utilise de l’hydroxyde de potassium (KOH).

De la soude caustique, pas très naturel de prime abord me direz-vous mais elle reste incontournable et faute d’alternative végétale sur le marché, elle fait partie des « ingrédients synthétiques » autorisés en cosmétique naturelle et biologique. La saponification étant une réaction lente et complète jusqu’à épuisement de tous les composés présents, précision et rigueur absolue sont de mise car elle ne doit pas se retrouver dans le produit fini.

La saponification peut se réaliser à froid ou à chaud mais dans les deux cas, il s’agit une réaction exothermique, c’est-à-dire qu’elle dégage de la chaleur.

Réappropriée par les artisans savonniers, la saponification à froid préserve les qualités des huiles et beurres utilisés mais nécessite un temps de cure de plusieurs semaines pour permettre au processus de se terminer lentement et au savon de sécher. La glycérine naturellement obtenue vient les enrichir de ses bienfaits. Facile à mettre en oeuvre, elle permet d’obtenir des savons de très haute qualité. De plus, ils sont 100% biodégradable et écologique.

Lors de la saponification à chaud, le mélange de soude et de corps gras est porté à ébullition et cuit plusieurs heures durant. Cela permet d’accélérer la réaction et réduit le temps de cure à une dizaine de jours mais il y a risque de dénaturé les corps gras utilisés.  De plus, les possibilités de décor sont limitées, les possibilités d’additifs restreints car tous les composés sont cuits et enfin la consommation énergétique nécessaire est supérieure et selon moi inutile Méthode de choix pour les industriels du savon, le processus comporte plusieurs étapes dont celle du relargage qui permet de récupérer la glycérine qui sera ensuite revendue à l’industrie cosmétique à un prix supérieur à celui du savon. C’est d’ailleurs une des raisons pour laquelle les savons industriels assèchent la peau.

Vous aurez compris que chacune des méthodes a ses avantages et inconvénients. Même s’il m’en coûte de les regarder sécher pendant de nombreuses semaines, je privilégie la méthode à froid et je ne saurais trop vous recommander de bien la maîtriser avant de vous lancer dans la méthode à chaud car le travail se fait en réduction d’eau et la solution de soude, plus concentrée, est donc plus délicate à manier.

Le procédé de fabrication du savon n’est pas bien sorcier, c’est même facile à faire soi-même. Il suffit juste de bien connaître les méthodes et quand on en a fait une fois, il est difficile de s’arrêter…

7 commentaires Laisser un commentaire

  1. Bonjour,
    J’aimerais profiter de votre incroyable expertise. Vous êtes tellement généreuse, c’est fabuleux, merci à l’avance.

    Je me question à savoir

    1-d’où viens le diiode dans le savon?
    [Ma question viens du fait que je le vois dans les calculs de dureté mais pas dans la soude ni dans les triglycérides. ]

    2- où s’en va le cation sodium au cours de la saponification ?
    [ Je comprend que OH- se lie au chaines chaines carbonées et que la glycérine se retrouve libre. Mais oups, je perd le fil du Na+.]

    Merci de bien vouloir considérer mes interrogations.

    J'aime

    • Bonjour Myriam,

      C’est moi qui vous remercie pour votre passage sur mon modeste blog et votre commentaire…

      Je ne suis ni physicienne ni chimiste mais même si la saponification s’apparente à de l’art, elle est avant tout une réaction chimique. Il va de soi qu’il y a des bases et fondements théoriques qui la régissent et la conditionnent sans parler des différents facteurs qui en influenceront sa réalisation.
      Face à un savon raté, la faute à pas de chance n’existe pas… Toute erreur se paie…

      Pour répondre à votre première question, il est utile de se rappeler que les corps gras sont constitués de différents acides gras que l’on répertorient en trois catégories en fonction du nombre d’insaturation qu’ils contiennent :
      – Les acides gras saturés qui n’ont aucune insaturation sur leur chaine carbonnée.
      – Les acides gras mono-insaturés qui en ont une (acide oléique).
      – Les acides gras poly-insaturés qui eux en ont deux (acide linoléique) ou trois (acide linolénique).

      Ce qui va conditionner la stabilité des différents corps gras et leur potentiel oxydatif car plus il y aura d’insaturation et plus l’huile sera sensible au rancissement. Un excellent dossier à consulter sur AromaZone…
      https://www.aroma-zone.com/info/dossier-thematique/le-potentiel-oxydatif-des-huiles-vegetales

      Ce potentiel oxydatif est donné par l’indice d’iode qui correspond à la masse d’halogène exprimée en grammes, calculée en I2 fixé sur les doubles liaisons de 100g de corps gras et permet donc de déterminer le degré d’insaturation d’un corps gras.
      Cet indice est calculé en laboratoire, pour ce qui est de la méthode, voici le lien : https://tice.ac-montpellier.fr/ABCDORGA/Famille/Tp/TP60.html

      J’en viens au cation sodium… La réaction de saponification des corps gras produit du glycérol et un mélange de carboxylates soit de sodium qui a pour formule RCOO –, Na+ (savons durs), soit de potassium, RCOO –, K+(savons mous ou liquides). Elle se déroule en trois étapes et voici un lien à suivre pour plus de précision : http://www.lyc-mendesfrance-vitrolles.ac-aix-marseille.fr/spip/sites/www.lyc-mendesfrance-vitrolles/spip/IMG/pdf/Le_savon_pdf.pdf
      Et à y regarder de près sur la liste INCI (Nomenclature internationale des ingrédients cosmétiques) de savons saponifiés à froid : sodium oléate pour l’huile d’olive saponifiée, sodium cocoate pour l’huile de coco, sodium shea butterate pour le beurre de karité, etc…

      N’hésitez pas à me recontacter pour toutes demandes particulières…
      Cordialement.
      Marie

      J'aime

      • Humble blogue ? Le mot est faible. Votre blogue est fantastique, vos publications autant que tous les commentaires enrichissants. Tout est bien structuré et l’information est fondée sur des faits. Il y a certes beaucoup de travail, de recherche, de temps et d’expérience derrière tout ça. BRAVO et merci de ce généreux partage.

        Merci pour votre réponses tres détaillées qui répond à merveille à ma curiosité. Elle m’a insisté à ressortir un vieux bouquin de chimie organique oublié. J’ai maintenant, grâce à vous une bonne compréhension globale. ENFIN !

        La toute dernière chose qui reste en suspend pour moi à présent, ça concerne la glycérine. Peut-être pouvez vous m’orienter à nouveau?
        A mon humble connaissance(à rectifier s’il y a lieu je vous prie), la glycérine peut absorber environ 10 fois son poids en eau, tel une éponge. Lorsque non saturée, elle aurait donc le potentiel d’aspirer l’eau des profondeurs de la peau et donc de déshydrater cette dernière.
        Comment explique-t-on alors les propriétés humectantes de la glycérine du savon SAF?
        La glycérine serait saturée et formerait une barrière ? ou est-ce une synergie avec le surgras laissé sur la peau?…. ou est-ce que j’ai tout faux ?😆
        Un très sincère et immense merci à l’avance. Marie.

        J'aime

      • Bonjour Myriam,

        Merci… Merci… Merci…

        S’il est vrai que la glycérine peut retenir jusqu’à 10% de son poids en eau et qu’en cosmétique, il n’est pas recommandé de la doser à plus de 10% car elle aurait alors un effet asséchant, pourquoi dit-on qu’un savon saponifié de façon artisanal est l’excellence pour la peau ?..

        Pour répondre à la question (sans entrer dans trop de détails), il faut prendre en compte d’une part le film hydrolipidique de la peau et d’autre part, le mécanisme d’action des molécules de savon.

        Notre épiderme est recouvert d’un film protecteur constitué de lipides produits par les glandes sébacées, de ciment intercellulaire, de sueur, d’eau et de facteurs naturels d’hydratation, sans cesse renouvelé, qui la préserve des multiples agressions extérieures.
        A y regarder de très près, le savon est lui constitué de molécules tout en longueur. Il y a une extrémité ronde formée par le groupement carboxylate, appelée « tête » qui est hydrophile et lipophobe et l’autre extrémité où l’on retrouve la chaine hydrocarbonée constituant la « queue » de la molécule qui elle, est hydrophobe et lipophile.
        Une fois mélangée à l’eau, les molécules de savon à la fois hydrophiles et lipophiles vont capturés les graisses et la saleté qui seront ensuite évacuées par l’eau. Cet action est donc « asséchante » puisqu’elle entraîne avec elle une plus ou moins grosse partie de ce film protecteur.

        Et donc, de par le surgraissage, c’est-à-dire les acides gras non saponifiés et son contenu en glycérol naturellement produit lors de la saponification, ce type de savon contribuera à la préservation et reconstitution du film hydrolipidique… Simply as that…

        Au plaisir de vous retrouver pour d’autres grands débats…
        Cordialement.
        Marie

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :