SoapCalc en pratique

Calculateur en anglais, riche en information mais intimidant et d’apparence complexe, SoapCalc pourrait en rebuter plus d’un. Il est vrai que lorsque l’on ne maîtrise pas la langue de Shakespeare, son utilisation pourrait s’apparenter aux douze travaux d’Hercule, insurmontable et interminable mais je vous assure qu’il n’en est rien…

Dans un premier temps, il est toujours possible d’activer sa traduction qui même si elle n’est pas parfaite, peut vous aider à prendre connaissance et à vous familiariser avec les différentes sections de l’espace de travail disponible. En cliquant sur le numéro des différentes sections, vous trouverez des informations bien utiles, de même si vous survolez les différentes données relatives aux propriétés du savon et acides gras.

Par contre, à l’usage, c’est nettement moins pratique car les différents corps gras que l’on retrouve dans le menu déroulant sont bien sûr classés par ordre alphabétique mais au départ de la langue anglaise, ce qui n’est plus toujours le cas lorsque la traduction est activée et on risque donc de passer un temps fou à essayer de retrouver les différents corps gras nécessaires à la formulation. Si cela peut aider, j’ai rédigé un guide de traduction que vous pourrez télécharger en fin de page de l’article « La promesse d’un SoapCalc en français » en accès direct ici.

Ayant subi un petit relooking, exit le jaune canari, une mise à jour s’imposait aussi… J’ai choisi de vous l’expliquer sur base de la version originale avec une petite traduction pour en faciliter la prise en main bien entendu.

La présentation a quelque peu été modifiée par rapport à la version précédente… Les informations pratiques, les prévisions des propriétés des savons et bien d’autres encore sont maintenant relayées en fin de page et je vous invite à les consulter.

Voici à quoi il ressemble aujourd’hui:

Si vous êtes passés par la page d’accueil, l’accès au calculateur se fait via « Recipe Calculator » (calculateur de recettes). Il vous est également possible de consulter via « SoapCalc Directions », le tutoriel que ses concepteurs ont rédigé.

Après ces considérations de départ, passons à la prise en main du calculateur. Contrairement à Mendrulandia où la zone de calcul et de résultats se situe sur la même page, SoapCalc les présente en deux onglets distincts que je vous propose de découvrir.

A. Le calculateur

Commençons par la zone de saisie des fonctions de base nécessaire au calcul de la soude. J’ai volontairement laissé l’apparence par défaut pour que vous puissiez plus aisément comprendre ce qu’il faut y encoder.

1. « Type of Lye » (type de lessive ou alcali)

Il va falloir choisir le type d’alcali à utiliser, à savoir, du NaOH, soude caustique ou hydroxyde de sodium, pour la réalisation de savons solides ou KOH, potasse caustique ou hydroxyde de potassium, pour la réalisation de savons liquides ou mous.

Lors de l’utilisation de la potasse caustique, il faudra veiller à son degré de pureté car la plupart du temps elle ne l’est pas à 100% et se situe en général à 90-92%. Si la case n’est pas cochée, les calculs auront pour base le degré de pureté de 100% et vous vous retrouverez avec une quantité de potasse caustique insuffisante pour mener à bien votre saponification et évidemment un taux de surgraissage plus important que celui que vous aviez prévu à la base. Pour tout autre degré de pureté hors 90 et 100%, le calcul est impossible. Il en va de même lors de l’utilisation concomitante de soude et potasse caustique, il vous faudra choisir un autre calculateur comme par exemple « Mendrulandia », « Soapee » ou encore « Soapmaking Friend ».

2. « Weight of Oils » (poids des huiles)

C’est ici que l’on sélectionne l’unité de mesure de poids que l’on souhaite utiliser pour la formulation. En cliquant sur « Grams », le poids par défaut est de 500g. Pour l’adapter, il suffit de le modifier dans le cadre vert.

3. « Water » (eau ou tout autre liquide servant à la dissolution de la soude)

Trois possibilités s’offrent à vous:

– « Water as percent of Oil » (eau en fonction du poids total des corps gras): sa valeur par défaut est fixée à 38%. Si vous choisissez cette option, le pourcentage d’eau ou tout autre liquide nécessaire à la dissolution de la soude caustique restera invariable quelle que soit la formulation encodée et fera toujours référence au poids total des corps gras. La plage recommandée se situerait entre 32 et 38%. Sans trop vouloir polémiquer sur le sujet, son inconvénient majeur est qu’on ne tient pas compte du profil des différents acides gras des formulations et ne s’y adapte donc pas. Pour plus d’informations sur le sujet, vous pouvez consulter un article (malheureusement en anglais) sur le site de « Modern Saopmaking » en cliquant sur le titre de l’article: « How to better understand water discount when you make soap » (Comment mieux comprendre les réductions d’eau lorsque vous faites du savon) ou encore un article du Dr Kevin M. Dunn tiré du livre « Scientific soapmaking », chapitre 21 disponible en format PDF: « The water discount »

Le monde de la savonnerie artisanale étant en constante évolution, il est bien dommage de se cantonner à des pratiques obsolètes… Cette pratique reste néanmoins utile car elle permet lors d’ajout liquide en cas d’utilisation d’une lessive de soude prête à l’emploi ou pour tout ajout liquide ne pouvant se substituer à l’eau de dissolution de la soude lorsque l’on n’est pas encore à l’aise avec les réductions d’eau opérées sur le liquide de dissolution, de pouvoir calculer la quantité maximale de cet ajout liquide pour ne pas se retrouver avec un pourcentage global en liquide par rapport au poids total des corps gras au-delà des 38-40%, ce qui aurait un impact sur la dureté du savon obtenu et qui conditionnera un temps de cure plus long.

– « Lye Concentration » (concentration de la lessive de soude): en cas de l’utilisation d’une lessive de soude prête à l’emploi, il faudra encoder la concentration renseignée sur le flacon. S’il ne s’agit pas d’un chiffre rond comme par exemple une concentration de 30,5%, il suffira de remplacer la virgule par un point (valable d’ailleurs pour toutes les autres références aussi) pour qu’il soit pris en compte par le calculateur et permettre ainsi le calcul de la soude. Et si vous faites votre propre lessive de soude, à vous de choisir. Sachez néanmoins qu’en débutant une concentration de 30% s’adapte à la plupart des formulations et avec un peu de pratique et de maîtrise, vous pourrez l’adapter si nécessaire. Pour en savoir plus, vous pouvez lire la page que j’ai consacré à la « concentration de la lessive de soude ».

– « Water : Lye Ratio » (proportion eau/soude): il s’agit de la proportion entre le volume d’eau et la quantité de soude. Je n’en dirais pas plus car n’est pas d’une grande utilité pour les savonniers amateurs.

A noter que quel que soit la façon d’envisager son calcul, les trois références se retrouveront sur la feuille de résultats…

4. « Super Fat » (réduction de soude ou surgraissage) et « Fragrance » (parfum)

Réduction de soude ou surgraissage: par défaut, il est défini sur 5%, ce qui est sécuritaire car si par malheur, vous oubliez de le modifier et que vous réalisez votre savon sans vous en rendre compte, il y a des chances pour qu’il ne soit pas caustique. Quant’à la valeur à choisir, cela dépendra des différents corps gras qui composent votre formulation et votre ressenti. Ici aussi, c’est l’expérience qui fait que car ce qui vous convient peut ne pas convenir aux autres. J’en profite pour rajouter une petite remarque: le surgraissage à la trace en saponification à froid ne sert à rien et pour que les calculs soient corrects, tout corps gras de la formulation doit avoir été notifié dans le calculateur… Voir « Le surgraissage »

Fragrance: exprimée en fonction de l’unité de poids choisie, elle est définie par défaut à 3,125% du poids total des corps gras, soit si votre unité est le gramme, 31,25g par kg de corps gras. Vous pouvez choisir de ne rien modifier ou alors d’encoder une proportion personnalisée dont la quantité apparaîtra dans la zone « Amount » après avoir encodé et calculé votre formulation. Lors de l’utilisation de fragrances, il faudra vous conformer à la quantité maximale autorisée par le fabricant. Pour les huiles essentielles, c’est une autre histoire car cela impose un minimum de connaissance pour ne pas faire tout et n’importe quoi. La plus grande prudence s’impose car certaines sont dermocaustiques, il faudra donc en limiter drastiquement la quantité et pas d’utilisation chez les femmes enceintes ni même chez les jeunes enfants. Lors de l’utilisation de mélange uniquement fait d’huiles essentielles d’agrumes la quantité peut être portée à 5% du poids total des corps gras soit 50g par kg. Pour les autres synergies, 3% suffisent amplement. Toujours sur le site de « Modern Soapmaking » vous pourrez trouver des compositions inspirantes en suivant le lien « Eocalc » ainsi que d’autres nombreux articles faisant référence à l’emploi des huiles essentielles en saponification.

Avant de passer à la section suivante, voici la zone de saisie des données de base actualisée pour la petite recette que je renseignerai en exemple:

Voilà donc venu le moment de passer à la formulation. Cette section est divisée en deux zones distinctes: d’une part, une prévision des propriétés du futur savon, la répartition en acides gras et la liste des différents corps gras pouvant être sélectionnés (5) et d’autre part, la zone de calcul proprement dite (6).

5. « Soap Qualities and Fatty Acids » (propriétés du savon et acides gras) et « Oils, Fats and Waxes«  (huiles, graisses et cires)

Accessible via un menu déroulant (colonne de droite), on retrouve une liste aux innombrables corps gras tant d’origine végétale qu’animale ainsi que quelques cires pouvant être utilisées pour la confection de nos savons. Si vous vous donnez la peine de cliquer sur les différents choix proposés, vous remarquerez que dans la zone relative aux propriétés du savon et à la répartition des acides gras (colonne de gauche), s’affichent les valeurs propres au corps gras sélectionné sous la mention « One » (un) ainsi que sous la liste des corps gras, l’indice de saponification exprimée tant pour la potasse caustique (KOH) que pour la soude caustique (NaOH) comme vous pouvez le voir dans l’exemple ci-dessous relatif à l’huile d’olive:

Avantage non négligeable, il permet au premier coup d’oeil d’avoir des informations bien pratiques sur les différents corps gras de votre formulation et en facilitera une éventuelle adaptation si cela s’avère nécessaire. Je ne m’attarderai pas sur la répartition des différents acides gras et pour en savoir plus sur le sujet, rendez-vous sur la page « Les corps gras ». Sachez néanmoins qu’elle aura un impact sur les prévisions apportées au savon en terme de dureté (Hardness), pouvoir nettoyant (Cleansing), douceur (Condition), bulles (Bubbly) et crémeux ou tenue de la mousse (Creamy). SoapCalc a défini des plages de valeurs idéales que vous pourrez voir apparaître dans un encart vert en les survolant. Comme la plupart des calculateurs, les valeurs inhérentes à chaque corps gras sont calculées en additionnant certains acides gras le composant.

Il nous reste à mentionner:

L’indice d’iode: élément utile, il renseigne sur le potentiel oxydatif du corps gras sélectionné ou pour faire simple, son comportement face à un éventuel rancissement. Par définition, il s’agit de la masse de diiode exprimée en grammes capable de se fixer sur les insaturations (doubles liaisons le plus souvent) des acides gras et est conditionné par le type d’acides gras qui le composent et leur quantité. Les acides gras saturés ne possèdent pas de double liaison et ont un indice d’iode de 0. Par contre, les acides gras insaturés en possèdent une ou plusieurs, comme c’est le cas pour les acides gras polyinsaturés (acide linoléique et linolénique) et voient leur indice d’iode s’élever. La championne toute catégorie avec un indice d’iode de 196 est l’huile de périlla suivie de peu par l’huile de rose musquée, l’huile de lin,…

Pour résumer, en fonction de la répartition en acides gras, les différents corps gras sont répertoriés en trois catégories: les stables ou peu sensibles à l’oxydation qui ont un indice d’iode jusque 90, les sensibles, dont la valeur s’étend de 91 à 140 et les très sensibles au delà bien sûr. N’hésitez pas à télécharger le guide de traduction que j’ai rédigé car y est mentionné le potentiel oxydatif des huiles et beurres végétaux en cliquant ici. Lors de la confection d’un savon comportant différents corps gras, sa valeur sera pondérée par les différentes proportions constituant le mélange.

L’INS: cette valeur donne une mesure des qualités physiques, notamment la dureté du savon obtenu. Il se calcule en déduisant l’indice d’iode de l’indice de saponification KOH (et pas NaOH) et n’est que purement théorique. Car dans la pratique, si je reprends l’exemple de l’huile d’olive, en me référant aux valeurs idéales préconisées par SoapCalc, cet indice est de 105, donc bien en deçà et pourtant un savon 100% olive donne une barre bien dure. Il en est de même pour l’huile de ricin utilisée comme seul corps gras. Donc à relativiser car les exceptions existent.

Pour en terminer avec cette section, la plage relative aux proportions « Sat : Unsat » fait référence aux pourcentages d’acides gras saturés et insaturés totaux de la formulation et non, comme je l’ai déjà vu, de mesure entre la quantité de corps gras liquides et solides à température ambiante comme vous pourrez le constater dans l’exemple pour un savon 100% olive!!!…

Cette donnée ne sera disponible que lorsque le calcul aura été effectué. Il en sera de même pour les propriétés du savon et la répartition des différents acides gras de la colonne « All » (tout).

Voici venu le moment de passer à la saisie de la formulation dans la zone qui lui est dédiée.

6. « Recipe Oil List » (liste d’huile de la recette)

Via le menu déroulant « Oils, Fats and Waxes », après avoir sélectionné le corps gras désiré, trois possibilités s’offrent à vous pour l’ajouter à la liste:

  • Par double-clic sur le corps gras sélectionné (uniquement via PC).
  • En utilisant le « plus / + » de la première colonne de la zone de recette et qui permet si vous voulez mettre un tant soit peu d’ordre dans votre formulation de sélectionner la ligne sur laquelle apparaîtra le corps gras choisi.
  • En utilisant le bouton « Add » (ajouter).

Une fois les corps gras choisis, il vous faudra en indiquer les quantités respectives. Par défaut, il est réglé sur le mode pourcentage « % » mais libre à vous d’opter pour la saisie en fonction de l’unité de poids choisie, en l’occurence ici le gramme, en cliquant sur le point blanc au dessus de « g » qui apparaîtra dès lors en bleu. Dans ce cas, il n’est pas nécessaire de préciser la quantité de corps gras totale de la formulation dans la zone « Weight of Oils » car le calcul ne s’effectuera que sur les quantités saisies lors de l’encodage. Dès lors, si vous voulez en réadapter le poids total, après avoir cliqué sur « Calculate Recipe », il vous faudra repasser en mode « % », réactualiser la zone de poids et à nouveau cliquer sur « Calculate Recipe », ce qui au final ne facilite pas vraiment la tâche… Mais pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué…

Si en cours de route, vous décidez de modifier votre formulation ou que vous avez encodé un corps gras par erreur, il est possible de le supprimer sur la ligne correspondante via le « moins / – «  ou via « Remove » (supprimer) après avoir saisi le numéro de la ligne.

La fonction « Reset All » (tout effacer) n’a quant’à elle pas besoin d’être explicitée, c’est la gomme magique qui efface tout et remet les valeurs par défaut du calculateur.

7. « Calculate Recipe » (calcul de la recette)

Après avoir revérifier vos paramètres, il ne vous reste plus qu’à effectuer le calcul de votre formulation via « Calculate Recipe ». A noter que, si lors de la saisie des données en mode pourcentage, le total n’est pas de 100%, un message d’erreur apparaît pour vous notifier ce qu’il faut ôter ou rajouter pour que le calcul puisse se faire.

Dans l’exemple ci-dessus, le total est de 97% et apparaît par ailleurs en rouge.

Voyons quelles sont les modifications apportées à l’environnement de calcul au travers d’un exemple de formulation…

Le calculateur édite en gramme et non pas en millilitre dans la zone « Amount », la quantité de substance parfumante calculée au prorata de la concentration choisie et du poids total en corps gras de la formulation.

Sous la mention « All », apparaissent les prévisions des propriétés du futur savon ainsi que sa répartition théorique et globale en acides gras.

Et se dévoile enfin, le quota en acides gras saturés et insaturés du mélange dont le calcul est effectué en additionnant d’une part, les acides laurique, myristique, palmitique et stéarique et d’autre part, les acides ricinoléique, oléique, linoléique et linolénique.

Il faut impérativement avoir calculé la recette pour accéder aux résultats via « View or Print Recipe » (voir ou imprimer la recette).

Et en cliquant dessus, une nouvelle page s’affiche…

B. Les résultats

Tout d’abord, SoapCalc vous donne la possibilité de nommer votre recette sous « Recipe Name » avant de l’imprimer:

Passons maintenant en revue les différentes informations qui nous sont données.

1. Les données récapitulatives des saisies de base concernant le poids total des corps gras de la formulation (« Total oil weight »), la réduction de soude ou surgraissage (« Super Fat/Discount ») ainsi que les valeurs de prise en charge pour le calcul de la quantité d’eau nécessaire à la dissolution de la soude exprimée dans les trois modes de calcul (« Water as percent of oil weight », « Lye Concentration », « Water : Lye Ratio ») avec en surgras le mode choisi.

2. La proportion d’acides gras saturés et insaturés de la formulation (« Sat : Unsat Ratio »), l’indice d’iode (« Iodine »), l’INS et la quantité de substance parfumante exprimée d’une part en proportion (« Fragrance Ratio ») et d’autre part en poids selon l’unité de mesure choisie (« Fragrance Weight »).

3. Les quantités d’eau (ou tout autre liquide) et de soude caustique en perles nécessaires à la saponification en fonction du mode de calcul choisi, à savoir dans l’exemple donné pour une concentration de 30%.

Si vous utilisez de la lessive de soude prête à l’emploi, il vous faudra additionner le poids de l’eau et de la soude caustique pour obtenir la quantité de lessive de soude à utiliser. Dans notre exemple, 311,78g + 133,62g= 445,40g.

« Soap weight before CP cure or HP cook » renseigne sur le poids du savon avant la cure en saponification à froid ou avant cuisson en saponification à chaud. En cliquant sur le logo info, un petit conseil s’affiche, en voici la traduction: « Comparez ce poids avec le poids de votre savon durci pour obtenir une différence de pourcentage. Utilisez cette différence pour déterminer le poids total des huiles nécessaires dans les recettes futures ».

4. Les différentes proportions de corps gras utilisées pour la formulation exprimées en pourcentage et dans les trois unités de poids proposées par le calculateur quel que soit l’unité choisie.

5. Les prévisions des propriétés du futur savon et la répartition en acides gras du mélange.

Pour comprendre ces différentes valeurs et la manière dont elles sont calculées, SoapCalc a rédigé un petit billet toujours en anglais bien sûr accessible via « Soap Bar Qualities » situé en bas de page de l’environnement de calcul.

Je ne m’étendrai pas ici sur le sujet. Sachez néanmoins que ces paramètres idéaux sont soumis à exception car ils ne se basent que sur la somme de différents acides gras de la formulation. De plus, ils ne tiennent pas compte du taux de surgraissage appliqué ni de la concentration de la lessive de soude ainsi que des éventuels ajouts. Pour en savoir plus, n’hésitez pas à consulter l’article que j’y ai consacré: « SoapCalc et ses mystérieux chiffres ».

Ces données sont également accessibles sous forme de graphique via la fonction « Show Graph » (afficher le graphique) située en bas de page et qui peut être désactivée via « Hide Graph » (masquer le graphique).

6. La dernière zone vous permettra d’y renseigner les différents ajouts réalisés dans la colonne « Additives » et tout ce qui vous semblera utile dans la colonne « Notes ».

Vous savez à présent comment calculer votre soude et à ce stade, vous pouvez imprimer votre feuille de résultats via « Print Recipe ».

Note: Sur le haut, à droite, de la feuille de résultats, via « INCI Names » vous pouvez avoir un aperçu des différents corps gras de votre formulation en nomenclature INCI. Comme déjà signalé dans le tutoriel de « Mendrulandia », elle ne tient pas compte de la réaction de saponification…

Comme d’autres calculateurs, il vous est possible de sauvegarder vos formulations préférées via « Save Recipe » en tant que cookies sur votre PC, du moins, si elles ne sont pas programmées pour s’effacer à chaque fermeture du navigateur comme c’est le cas chez moi.

Peuvent y être enregistrée jusqu’à douze formulations, de 1 à 12, malheureusement sans possibilité de leur attribuer un nom. Pour les rééditer ultérieurement, il suffit de la sélectionner dans le menu déroulant et de cliquer sur « Load Recipe » (charger la recette).

Je terminerai ce long et douloureux tutoriel par deux petites astuces…

Si vous voulez tester plusieurs formulations, en cochant la case  » Multiple tabs » (plusieurs onglets), les résultats apparaîtront dans de nouvelles fenêtres et vous pourrez plus facilement les comparer.

La case « Bold » permet, lorsqu’elle est activée, d’afficher en surgras certaines données sur la feuille de résultats. A mon humble avis, pas d’un grand intérêt, c’est déjà suffisamment clair…

Nous voilà enfin arrivé à la fin de ce tutoriel. J’espère avoir pu vous aider à mieux comprendre ce merveilleux calculateur et vous avoir donné l’envie de l’adopter. Je reste comme toujours disponible pour toute interrogation en suspens…

Bullez bien… Soyez prudents et prenez soin de vous…

Mis à jour le 02/01/22

24 commentaires sur “SoapCalc en pratique

Ajouter un commentaire

  1. Bonsoir, (j’ai pu enfin maîtriser soapcalc) ! Je me fait plaisir! . J’avais une question , concernant la soude ,quand on rentre le calcul soude + eau que l’on additionne, cela donnera la même quantité qu’en lessive de soude prête à l’emploi. Ou doit on refaire le calcul de la lessive par sécurité ? Et peut on doubler ou tripler les formules sans problèmes ?? Merci pour vos réponses. Bonne nuit. 😴😴😴😴

    J’aime

    1. Bonjour Lili,
      Pour que le volume de lessive de soude prête à l’emploi à prélever soit la somme du volume d’eau et de soude dans SoapCalc, il faut avoir fait son calcul en indiquant bien la concentration de la lessive de soude utilisée et pas l’eau en % des huiles.
      Dans tous les cas, il est conseillé de revérifier ses calculs avec un autre calculateur car on n’est pas à l’abri d’erreur…
      Bonnes bulles.
      Cordialement.

      J’aime

  2. Bonsoir
    Je viens de faire un comparatif entre le calculateur d’aromazone et celui de soap calc pour mon premier savon et je suis perdue.
    J’ai une différence de presque 20g de lessive de soude prête à l’emploi entre les deux calculateurs. j’ai vérifié plusieurs fois mes données sont correctes : poids des huiles, pourcentage lessive de soude prête à ’emploi, surgraissage …
    je souhaitais faire 72 % huile d’olive 28 % huile de coco et surgraissage à 8 % comme préconisé sur aroma zone, pas d’ajouts et lessive de soude 30.5 % du commerce
    Du coup je ne sais plus quelle quantité de lessive de soude utiliser car soap calc m’indique 179.34 g et aroma zone 156.7 g.
    Soit je me suis trompée quelque part ou quelque chose m’échappe…
    merci de votre aide ….

    J’aime

    1. Bonjour,
      Bienvenue dans le monde magique de la saponification…
      Vous n’avez pas précisé la quantité totale de corps gras utilisée mais j’ai refait les calculs sur une base totale de 400g avec 72% d’huile d’olive, 28% d’huile de coco, 8% de surgraisage, une lessive de soude à 30,5% et j’obtiens sur SoapCalc, 179,6g et sur Aromazone, 179,1g de lessive de soude à prélever.
      Je ne sais pas du tout d’où provient l’erreur mais de toute évidence il y en a une car une telle différence est absolument impossible.
      Donnez-moi plus de détail sur ce que vous avez encodé pour que je puisse percer le mystère…
      Cordialement.
      Marie

      J’aime

  3. Bonjour,
    Merci pour votre article.
    Il a 3 types d’huiles de coco dans la liste de SoapCalc.
    1/ coconut oil 76deg
    2/ coconut oil 92 deg
    3/ coconut oil, fractionnated
    Si j’utilise de la coco vierge, il faut sélectionner coconut oil 92 deg ?
    Et si j’utilise de la coco coprah, il faut sélectionner coconut oil 76 deg ?
    Merci d’avance pour vos lumières

    J’aime

    1. Bonjour Amandine,
      C’est moi qui vous remercie pour votre passage sur le blog…

      La troisième possibilité est à rejeter d’emblée car l’huile de coco fractionnée, aussi connue sous le nom de caprylis, est obtenue en retirant les triglycérides à chaine longue de l’huile de coco vierge. Elle se présente sous forme liquide et est utilisée pour la formulation d’huiles de soin, laits et crèmes.

      76° ou 92° ?… Que choisir et que représente ces chiffres ?… Il s’agit en fait de la température à laquelle l’huile va se liquéfier. Soapcalc étant un calculateur américain, la température n’est pas exprimée en degré celsius mais en degré fahrenheit. Ce qui donne en degré celsius 24° et 33°.
      L’huile de coco vierge et l’huile de coprah se différencie l’une de l’autre par leur méthode d’extraction. Alors que l’huile de coco vierge est obtenue par pression à froid de chair fraîche de noix de coco, l’huile de coprah est issue de pulpe séchée, chauffée à haute température afin d’extraire un maximum d’huile et est dite raffinée. Ce deuxième procédé permet d’obtenir une huile plus stable, désodorisée, standardisée avec probablement un profil en acides gras insaturés (qui n’auront pas résister à ces températures élevées) sensiblement différents d’une huile obtenue par pression à froid et… qui va donc fondre moins vite…
      De plus, si l’on compare les données de SoapCalc, la seule différence entre les deux est liée à l’indice d’iode (3 pour la 92° et 10 pour la 76°). Pour faire simple, cet indice exprime la quantité d’acides gras non saturés d’un corps gras et renseigne donc sur la stabilité et le potentiel oxydatif.

      Sur base de ce que je viens d’énoncer, même si, côté calcul, la différence est moindre et n’aura au final pas de répercussion notable sur les qualités du savon fournies par SoapCalc, la solution saute aux yeux et il s’agit juste du contraire. 0n choisira donc 76° pour une huile de coco vierge et 92° pour l’huile de coprah…

      N’hésitez pas à revenir vers moi pour tout autre question, je me ferai un plaisir de vous répondre au plus vite.
      Cordialement.
      Marie

      J’aime

  4. Bonjour Marie,
    Je vous remercie pour votre explication du calculateur.
    J’ai suivi une recette trouvée sur ce site: https://eco-age.com/magazine/how-to-make-soap-guide/ (Cold Water: 58.13 g; Sodium Hydroxide: 28.63 g (equals to 33% lye concentration); 60% Olive Oil: 120 g; 33% Coconut Oil: 66 g; 7% Shea butter: 14 g; Lavender essential oil: 6g).
    Après avoir lu votre explication, j’ai essayé d’insérer ces données dans le calculateur et je ne comprends pas pourquoi les mesures pour l’eau et le NaOH de la recette ne correspondent pas à ce que le calculateur me sort.
    Je débute, donc cela me déroute un peu et j’ai peur que le savon que j’ai fait soit caustique.
    Merci pour votre aide.

    J’aime

    1. Bonjour,
      C’est moi qui vous remercie pour votre passage sur le blog…

      Elément important, le taux de surgraissage n’est effectivement pas renseigné sur le site. Après vérification, il s’avère qu’il est de 5% et je vous rassure, les calculs de soude et d’eau sont corrects.
      Je vous invite donc à refaire les calculs et si l’encodage des données est bien fait, vous devriez parvenir au même résultat.
      N’oubliez pas de bien prendre en compte que la concentration de la lessive de soude n’est pas exprimée en % du poids total des corps gras mais en concentration de la solution et il devra être modifié. Sous la section « Water », il faudra cocher « Lye concentration » et y entrer 33%.
      Pour le poids des huiles, choisir « Grams » et là, vous avez deux possibilités. Soit encoder vos données en % et il faudra donc mettre 200g pour y parvenir, soit dans l’encart d’encodage des corps gras, cocher la case « g » et y encoder la quantité pour chacun.

      Par contre la formulation est vraiment discutable et même si le savon obtenu ne devait pas être caustique, avec un taux de surgraissage de 5%, c’est vraiment limite!
      De plus, il n’est pas recommandé d’utiliser plus de 30% d’huile de coco car certains acides gras saturés qui la composent sont décapant et agressif pour la peau.
      Pour avoir un savon limite acceptable, il aurait fallu un taux de surgraissage d’au moins 12%…

      Comme quoi, tout ce que l’on peut glaner sur le net n’est pas synomyme de vérité ni surtout de sécurité…

      N’hésitez pas à revenir vers moi si vous avez d’autres questions, je me ferais un plaisir de vous répondre.

      Cordialement
      Marie

      J’aime

      1. Bonjour Marie,
        merci d’avoir pris le temps de me répondre. Après avoir lu plusieurs blogs, et les taux recommandés des différents huiles/beurres et les taux de surgraissage recommandé, je me suis posé des questions, mais les savons sont là, donc je les utiliserais pour les mains.
        J’ai en effet une autre question. Comment calculons-nous le NaOH. J’utilise des perles de soudes à la maison. Selon vos explications, je devrais toujours mettre automatiquement 38 dans la section « Water as % of oils », ou cette valeur peut-elle changer?
        Merci pour votre réponse,
        Nhu

        J’aime

      2. Rebonjour Nhu,

        Testez-les après minimum 4 semaines de cure. Si vous n’avez pas une peau trop sensible, çà ne posera peut être pas de problème sinon malheureusement, abstenez-vous de les utiliser… Si ce n’est déjà fait, vous pouvez lire l’article qui y fait référence en suivant le lien qui suit: https://iletaitunsavon.com/2020/12/01/pourquoi-certains-acides-gras-en-exces-dans-une-formulation-assechent-t-ils-la-peau/

        La concentration de la lessive de soude est un long chapitre que je suis en train de peaufiner… Il est vrai que, par défaut sur SoapCalc notamment, le calcul de la soude est exprimé en % du poids total des corps gras. Ces 38% représentent la quantité maximale de liquide recommandée sous peine d’avoir un savon qui aura du mal à sécher et se détériorera plus vite.

        C’est une option intéressante lorsque l’on débute en saponification, histoire de se familiariser avec le processus, la dissolution de la soude et en cas d’ajout liquide de pouvoir adapter ses quantités. Ce n’est donc pas une constante et elle peut et je dirais même qu’elle doit être modifiée au fur et à mesure de vos expérimentations.

        A savoir également que quelle que soit l’option choisie, sur la page de résultat de SoapCalc, vous trouverez tant l’eau en % du poids total des corps gras que la concentration de la solution de soude.

        La réaction de saponification est complexe et de nombreux facteurs peuvent également l’influencer. Avec le temps, j’ai appris à appréhender la concentration idéale en fonction des corps gras utilisés, des ajouts éventuels et du type de marbrage que je voulais réaliser. J’effectue donc mes calculs tant en % du poids total des corps qu’en concentration de la solution de soude en fonction de la formulation proprement dite.

        J’espère avoir pu vous éclairer quelque peu…
        Cordialement
        Marie

        J’aime

  5. Bonjour,
    Je découvre et cherche à comprendre ce calculateur. Tout me semble clair avant composer ma première recette, mais je m’interroge sur la signification du terme « Conditioning » de l’encart C.
    Merci d’avance pour votre réponse, et encore merci pour toutes ces explications
    Cordialement
    Roger

    J’aime

    1. Bonjour Roger,

      Je vous remercie pour votre passage sur mon modeste blog…

      Le terme « Conditioning » évalue les qualités émollientes et hydratantes du savon. Cette valeur est déterminée par la teneur en acides gras insaturés de la formulation à savoir les acides oléique, linoléique, linolénique et ricinoléique (huile de ricin exclusivement).

      N’hésitez pas à me recontacter s’il subsiste des zones d’ombre, je me ferai un plaisir de vous répondre au plus vite…

      Cordialement.
      Marie

      J’aime

  6. Bonjour Marie,
    Je lis avec plaisir votre blog et les réponses très étoffées que vous faites à chacun. Cela est vraiment rassurant de savoir que l’on a une personne experte et qui prends le temps de chercher des réponses.
    Ma problématiques n’est pas très loin de ce qui a pu être demandé mais je préfère m’assurer.

    J’essaie de créer différents savons et pour etre certaine, j’ai repris les mesures d’un atelier que j’avais fait :
    Huile de coco vierge – 30% ; Huile d’olive – 40%; Beurre de karité 30%, Surgraissage à 8; lessive de soude à 30%
    SoapCalc propose 180.87g (water+lye NaOH) alors que Mendrulandia propose 183g soit 3 g d’écart.
    Lors de l’atelier, on m’avait proposé 175g de NaOH à 30%.
    Du coup, je suis complètement perdue.

    J’ai effectué d’autre recette de savons en me basant sur les calculs de SoapCalc et j’espère vraiment que ce dernier est fiable. J’ai un doute sur la causticité.

    De plus, je ne suis pas très douée mais je n’ai pas bien compris, le $ concerannt les fragrance et le calcule de la quantité d’HE a mettre notamment lorsque vous dite  » Elle est exprimée en fonction de l’unité de poids choisie et déjà définie par défaut à 3,125 % du poids total des corps gras, soit si votre unité de poids est le gramme, 31,25g par kg de corps gras. Vous pouvez donc ne rien modifier et elle sera automatiquement calculée. Dans l’exemple ci-dessus, elle est de 30g par kg de corps gras. »

    Dans votre exemple, est-ce vous qui déterminez 5g d’argile rose et 10ml de HE patchouli etc… + vitamine E : 0.5g ? SoapCalc ne le calcule pas, n’est-ce pas ?

    Désolée de toutes ces questions qui peuvent sembler simpliste mais je préfère m’assurer de tous mes calculs. Milles mercis par avance.

    Bien à vous et au plaisir de vous lire Marie.
    Bonne journée,
    Sabrina

    J’aime

    1. Bonjour Sabrina,

      C’est moi qui vous remercie pour votre passage sur le blog et votre commentaire… Je m’excuse pour la réponse tardive mais travail oblige, c’est parfois difficile de tout concilier…

      Il faut garder à l’esprit que les valeurs de saponification prises en compte pour le calcul de la lessive de soude ne sont jamais que des moyennes et que chaque calculateur a donc ses valeurs de référence. Il est dès lors normal d’obtenir des minimes variations d’un calculateur à l’autre. J’ai refait les calculs pour un poids total de corps gras de 400g avec un surgraissage de 8%. Sur Mendrulandia, on obtient 182g et sur SoapCalc, 180,87g. Il s’agit là du mélange eau et soude.
      Si l’on ne tient compte que de la soude caustique avant dilution, on obtient 54,26g de soude caustique sur SoapCalc et 55g sur Mendrulandia qui lui ne propose que des valeurs arrondies à l’unité. La différence au final n’est que de quelques centièmes de gramme et donc pas de risque de causticité avec aussi peu de variation et ce, quel que soit le calculateur utilisé.

      Pour les 175g proposés lors de votre atelier, si la lessive de soude était prête à l’emploi, sa concentration n’était pas en réalité de 30% mais bien de 31% et si pas d’erreur, dans ce cas, c’est le surgraissage qui n’est pas correct et après vérification, il est d’environ 11%. D’où l’importance de toujours révérifier ses formulations avant la mise en œuvre…

      SoapCalc est un merveilleux calculateur… Néanmoins, il a ses limites et il ne permet pas en effet de calculer tous les ajouts en fonction du poids total des corps gras utilisés. Je dirais que ce n’est pas bien grave, il suffit d’effectuer une simple règle de trois pour en avoir les quantités adaptées au poids total des huiles et beurres utilisés.
      Ex : si l’on souhaite rajouter 3% d’argile rose sur 700g de corps gras, on divise les 700g par 100 que l’on multiplie par 3 et on obtient donc 21g et ainsi de suite…

      Pour les huiles essentielles ou fragrances, il est réglé par défaut sur 3,125% du poids total des corps gras et s’exprime par rapport à 1000g. Si l’on souhaite en modifier le pourcentage, il faudra en tenir compte et l’exprimer par rapport à l’unité choisie par SoapCalc.
      Ex : pour 2% d’ajout d’huiles essentielles, çà fera 20g sur les 1000g de corps gras qu’il faudra encoder pour le calcul…

      N’hésitez pas à me recontacter s’il subsiste des zones d’ombre, je me ferai un plaisir de vous répondre au plus vite…

      Cordialement.
      Marie

      J’aime

  7. Merci beaucoup Marie de cette réponse très précise et claire.
    Je profite de votre gentillesse …. pour éclaircir « quelques zones d’ombres ».
    Je comprends un peu mieux le fonctionnement des différents calculateurs. Comme je suis novice, cela n’est pas évident au premier abord.
    En termes de différence de lessive de soude, jusqu’à combien peut-on accepter ? Vous parlez qu’à quelques centièmes près cela n’est pas trop grave mais si cela fait 2g ou 3g, cela devient-il problématique ?
    Effectivement, la règle de 3 faite en marge des calculateurs est plus pratique pour le calcul des argiles, ou additifs comme les matières exfoliantes.
    Néanmoins, j’avais une petite question concernant le surgraissage.
    Selon l’huile de surgraissage, cela modifie les propriétés du savon, non ? Dans SoapCalc, on n’encode pas l’huile de surgraissage aussi en termes de dureté, moussant, iodine ou autre, nous n’avons pas les valeurs avec cette huile ajoutée à la trace.
    Le calculateur d’Aromazone calcule selon le pourcentage de surgraissage par une simple règle de 3 mais il ne fait jamais figurer les détails de la qualité du savon.
    Me confirmez vous également que le surgraissage total est le surgraissage par réduction de soude ( comme calculé dans SoapCalc) plus l’huile de surgraisssage à calculer à la main par règle de 3 ? L’addition des 2 donne le surgraissage total.
    Ex: si j’encode dans SoapCalc, surgraissage 5% et rajoute 3% d’huile à la trace, cela fait bien un surgraissage de 8% et me fie au total poids de lessive de soude donné par SoapCalc avec le surgraissage à 5% puis rajoute mes 3% d’huiles.

    Pardon pour ces questions qui peuvent paraitre évidentes, simplistes ou basiques de calcul mais je ne suis pas rassurée et crains de faire des erreurs de calcul.

    Milles mercis Marie d’avance, j’imagine bien que vous êtes occupée par votre travail. Vos réponses et aide sont précieuses.
    Bonne soirée,

    Sabrina

    J’aime

    1. Bonjour Sabrina,

      La première chose à prendre en considération est que la lessive de soude est une solution d’eau dans laquelle on a dilué de la soude caustique. D’après la quantité de soude sur le volume total, on obtient une solution à une certaine concentration. Si l’on prend par exemple une lessive de soude prête à l’emploi avec une concentration de 30%, cela signifie que la solution contient 30% de soude caustique et 70% d’eau. Sur 1000g de solution, on aura 300g de soude caustique et 700g d’eau et pour 1 g de solution, on se retrouve donc avec 0,30g de soude et 0,70g d’eau…
      A savoir que la plupart des calculateurs ont des indices de saponification assez similaires sauf Mendrulandia pour l’huile de coco par exemple qui se situe à la limite inférieure ainsi que le beurre de karité qui s’inscrit lui dans la limite supérieure, ce qui pourrait peut-être poser problème si la formulation ne contient qu’un seul corps gras mais en appliquant une réduction de soude ou surgraissage sécuritaire de 5%, le risque de causticité est plus que limité. D’autant plus que pour un savon de toilette 100% huile de coco par exemple, au vu de sa teneur majoritaire en acides laurique et myristique, décapants pour la peau, il y a lieu d’appliquer au minimum un surgraissage de 30%.
      Lors d’une formulation à corps gras multiples, les différences sont moins marquées et même avec 3g de lessive de soude à 30% en plus, çà ne fera jamais que 0,90g de soude caustique, peut-être de quoi faire passer « la valeur théorique de surgraissage » de 8 à 7% d’un calculateur à l’autre.
      Il est clair qu’il est recommandé d’utiliser deux calculateurs différents histoire de vérifier ses calculs mais inutile de se prendre la tête, ce ne sont jamais que des valeurs théoriques…

      Pour ce qui est du surgraissage… Si en cuisine, une pincée de sel ou de poivre fait toute la différence, il n’en est pas de même en saponification…
      Tout d’abord, il est illusoire de croire qu’une huile rajoutée à la trace sera préservée en tant que telle dans un savon saponifié à froid puisque la saponification ne fait que débuter et qu’elle se poursuivra pendant 24 à 48h en fonction du type d’acides gras contenus dans la formulation, de la température ambiante, etc. Deuxièmement, les calculs de soude ne sont pas corrects puisqu’ils n’en tiennent pas compte et enfin, il y a risque d’oublier de l’ajouter au moment de la trace… J’en ai longuement parler dans le chapitre concernant le surgraissage que je vous invite à relire… https://iletaitunsavon.com/comprendre-le-savon/4-le-surgraissage/

      Et donc pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple. La pratique du surgraissage par réduction de soude s’impose d’elle-même. Le calcul étant fait sur l’ensemble des corps gras de la formulation, les différents indices de qualité du savon sur SoapCalc seront renseignés. Par contre, quel que soit le surgraissage, ils ne seront pas modifiés car le calculateur n’en tient pas compte.
      Je préciserais que l’ajout de microquantité d’huiles chères et précieuses ne donneront pas nécessairement un « meilleur savon » car hormis quelques exceptions (huile de ricin, beurre de cacao par ex) en dessous de 10% du poids total des corps gras, le bénéfice sera minime. Comme je ne cesse de le répéter, un bon savon maison est fait pour se laver sans agresser l’épiderme, tout est question d’équilibre entre les différents acides gras.

      Et pour terminer…
      Le calculateur d’Aromazone… Bien pour vérifier ses calculs mais vraiment trop basique.
      En ligne également et en français (pour lequel je n’ai pas encore fait de tuto), le calculateur Soaphomemade https://www.soaphomemade.com/index.php qui permet de calculer les ajouts…

      Au plaisir de vous lire…
      Cordialement.
      Marie

      J’aime

  8. Merci Marie de votre précieuse réponse claire, très précise et étoffée. Il faut de la passion et de la générosité pour prendre ce temps de recherche au milieu des activités quotidiennes. Me voilà rassurée !
    Je comprends un peu mieux comment fonctionnent les calculateurs et suis moins craintive avec la soude.
    Une occasion de plus pour moi pour farfouiller un peu plus votre blog très riche.

    A bientôt,
    Bien à vous,
    Sabrina

    J’aime

    1. Un tout grand merci Sabrina…
      Le blog est loin d’être complet mais je préfère continuer mes recherches que de me baser juste sur des impressions trop subjectives… Je reste disponible pour toute question qui vous taraude, n’hésitez pas…

      A bientôt.
      Cordialement
      Marie

      J’aime

  9. Je partage à 100% l’avis de Sabrina quant aux réponses claires, précises et étoffées de Marie.
    Cela fait vraiment plaisir de lire des articles qui ont été étudiés et approfondis, cela donne confiance et motive pour aller plus loin.
    Je vais tester maintenant la formule transmise pour le shampoing. Reste à choisir les huiles essentielles….
    Parfois, je trouve qu’il est dommage d’en utiliser dans les savons pour un plaisir si éphémère finalement, puisque l’odeur ne dure que le temps d’une douche mais aussi pour l’impact environnemental : beaucoup de plantes sont nécessaires pour quelques ml d’HE etc…
    La tenue des HE dans les savons, encore un vaste sujet ! car entre les notes de tête, de cœur, de fond et les dosages, ce n’est pas facile de trouver le bon équilibre. Alors, certes, le plaisir des odeurs est propre à chacun mais il y a des parfums où l’on parvient tout de même à se mettre d’accord !
    J’ai lu que pour obtenir un « bon équilibre », les ratios suivants étaient pas mal : 57% note de tête, 28% note de cœur, 15% note de fond.
    Qu’en pensez vous ?
    Merci

    J’aime

    1. Bonsoir Amandine,

      C’est toujours avec autant de plaisir que je découvre vos commentaires bienveillants…

      Pour ou contre les huiles essentielles en saponification… Le sujet par excellence soumis à controverse…
      Il faut savoir qu’elles n’ont pas toutes le même impact environnemental catastrophique qu’on leur attribue. Il est bien sûr déraisonnable d’utiliser des huiles essentielles dont la production nécessite des tonnes de matières premières comme pour la rose, le jasmin ou encore le néroli ou qui participe à une déforestation massive comme pour le bois de rose sans parler de celles qu’il faudrait bannir qui déversées dans les cours d’eau sont néfastes pour la faune et la flore aquatique. Est-il pour autant plus « safe » d’utiliser des fragrances aux composés chimiques dont on ne sait rien des procédés de fabrication et de leur réel impact sur l’écologie et notre santé !…

      J’ai lu un jour que les plus catastrophiques tant en terme de production que d’effets néfastes sur l’environnement seraient celles de cannelle, giroflier, lavande aspic, sauge, citronnelle de Ceylan, valériane, cèdre de l’Atlas, estragon, thym à thymol, eucalyptus globulus, origan, menthe verte et poivrée, romarin à verbénone et à camphre (liste non exhaustive…)
      Par contre, il y en a qui sont qualifiées « d’écologiques » car elles sont totalement inoffensives pour l’environnement. On retrouve notamment celles de lavande fine ou vraie, lavandin super, géranium rosat, ylang ylang, tea tree (arbre à thé) et rosalina.

      Je dirais que tout est question de choix raisonné… Et donc pourquoi se priver d’un moment de plaisir aussi éphémère soit-il?… De toute façon, quoi que l’on fasse, ça ne fera jamais l’unanimité et les critiques fuseront…

      Pour ce qui est de la tenue des huiles essentielles en saponification, j’ai trouvé une interview du Dr Kevin M.Dunn réalisée par un aromathérapeute anglais de renommée internationale accessible via le lien ci-après https://roberttisserand.com/2011/06/essential-oils-in-soap-interview-with-kevin-dunn/ , qui explique pourquoi certaines d’entre-elles voient leur odeur initiale modifiée ou atténuée par la soude… Pour résumer, tout est question de structure chimique et de point d’ébullition…

      Pour ce qui est de la composition des synergies, je me fie à mon ressenti, pas de règle particulière concernant le pourcentage des différentes notes mais le ratio renseigné peut se tenter… (En proposition : Lavande et/ou ylang ylang, géranium rosat, orange douce et petitgrain bigarade à moduler selon vos envies).
      Pour le dosage total d’une synergie, je ne dépasse pas en général les 3% du poids total des corps gras. Pour une synergie exclusivement à base d’huiles essentielles d’agrumes (bergamote sans furocoumarines, citron, citron vert, orange douce, mandarine, pamplemousse), il peut être porté à 5% du poids total des corps gras.

      Je terminerai par rappeler que les huiles essentielles sont à manipuler avec la plus grande prudence car elles ne sont pas toutes inoffensives. De par leurs composés, certaines peuvent être irritantes, dermocaustiques ou hautement allergisantes si elles sont utilisées en trop grandes quantités comme par exemple la cannelle, le giroflier, le poivre noir, l’amande amère pour n’en citer que quelques-unes. Ce qui impose au minimum de vérifier les compositions et contre-indications des huiles essentielles utilisées…

      N’hésitez pas à revenir vers moi si vous avez d’autres questions, je me ferais un plaisir de vous répondre.

      Cordialement
      Marie

      J’aime

  10. Bonsoir Marie,
    J ai tenté votre formule ci-dessus (olive 40%+coco 30%+10% karité/tournesol/ricin), taux de surgraissage à 8% et lessive de soude toute prête à 30.5%. Cure 5 semaines.
    Mon savon reste un peu mou, est ce le fait d utiliser de la lessive de soude toute prête ? Un surgraissage trop élevé ? Ou la pièce où il cure trop froide ?
    Merci bien

    J’aime

    1. Bonjour Amandine,

      Etonnant qu’au bout de cinq semaines avec une telle formulation le savon obtenu soit encore un peu mou, çà ne m’est jamais arrivé.
      Pour une même concentration, il n’y aura pas de différence entre une lessive de soude prête à l’emploi ou celle que l’on prépare à partir de soude en perles. Une concentration de 30,5% ne sature pas la formulation en liquide et dans ce cas ne représente que 31% du poids total des corps gras sauf si ajout.
      Un surgraissage de 8% ne pose pas de problème et une pièce un peu fraiche non plus. Par contre, si le taux d’humidité de la pièce est élevé, cela aura une influence sur le temps de cure.
      Si aucun des points énumérés ne posent problème, il pourrait s’agir soit d’une erreur de calcul soit d’une erreur de pesée…
      Ne reste plus qu’à prolonger la cure de quelques semaines voire plus… Pour ma part, je les laisse en cure au minimum 3 mois avant de les utiliser, ils ne s’en portent que mieux…

      N’hésitez pas à revenir vers moi si vous avez d’autres questions, je me ferais un plaisir de vous répondre.

      Cordialement
      Marie

      J’aime

  11. Bonjour Marie,
    Bingo ! j’ai mis les savons dans une autre pièce et ils sont durs. C’est donc bien l’humidité de la pièce initial qui les rend mou. Merci pour vos précieux éclairages.
    Belle journée

    J’aime

    1. Bonjour Amandine,

      Super que le problème soit résolu…
      Même si bon nombre pense que la saponification relève de « la magie », il n’en demeure pas moins qu’elle est avant tout une réaction chimique et que tout facteur peut en influencer le résultat final…

      Excellente journée et au plaisir de vous retrouver pour d’autres questions…
      Cordialement
      Marie

      J’aime

Répondre à iletaitunsavon Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :